Du cœur au ventre

Du cœur au ventre


«Du cœur au ventre» est un projet de sécurité alimentaire, dont l’objectif général consiste à réduire les inégalités de santé par l’augmentation de la consommation des fruits et des légumes.

Étant l’une des stratégies du plan d’action (2018-2023) de la Table de développement social, sous l’enjeu Alimentation et services de proximité, ce projet est porté par la Corporation de développement communautaire de Rivière-des-Prairies. Grâce à des financements de la Direction Régionale de Santé Publique (DRSP) et de l’Arrondissement RDP Pointe-aux-Trembles, Du cœur au ventre cherche à développer des pôles rassembleurs en sécurité alimentaire pour valoriser les saines habitudes de vie et la mixité sociale. Et ses activités consisteront en :

  • Des ateliers de cuisines pour partager des recettes et acquérir des habilités culinaires;
  • Des espaces de rencontres inclusives et diversifiées pour la promotion des saines habitudes de vie;
  • Un service de boites économiques contenant des fruits et légumes frais et sains à moindre coût;
  • Un service de popote roulante pour lutter contre le gaspillage alimentaire et aider les gens à faible revenu;
  • etc.

Du cœur au ventre est fondé sur les principes de la participation active, l’autogestion et le projet concerté, où tous les partenaires de Rivière-des-Prairies travaillant pour la sécurité alimentaire et la mixité sociale sont les bienvenus!!!


Extrait du mémoire, en résumé, p. 12

Lutter contre l’insécurité alimentaire, c’est en bonne partie un travail acharné contre le gaspillage alimentaire. Les nombreux citoyens-es de Montréal ayant signé cette pétition, avaient parfaitement raison de demander à la Ville de s’inspirer et de se doter des mesures (changements réglementaires, plan d’action, incitatifs, etc.) devant éliminer cette pratique de gaspillage et de destruction d’aliments encore propres à la consommation.

Devant un tel enjeu, alors que nombreuses personnes souffrent de l’insécurité alimentaire à Rivière-des-Prairies, la Table de développement social RDP ne saurait rester indifférente. Et parmi les actions les plus urgentes à mettre en place pour réduire, voire cesser le gaspillage alimentaire à Montréal, nous pouvons les résumer dans les points suivants :

Au niveau des industries
 Réglementer sur le système des dates de péremption des produits et des aliments;
 Obliger les producteurs, distributeurs et transformateurs à établir des ententes avec des banques alimentaires pour les surplus et les invendus;
 Investir, encourager et soutenir les producteurs locaux.

Au niveau des commerces et des institutions
 Obliger les commerces à réduire les prix des aliments proches des dates de péremption;
 Établir un programme interne de récupération des surplus et des invendus dans les institutions, et s’inscrire en soutien à la mise en place d’un service de court-circuit en alimentation dans les quartiers.

Au niveau des ménages :
 Promouvoir et financer les activités culinaires des organismes;
 Équiper les banques alimentaires à pouvoir récupérer les invendus en vue de mieux aider les personnes en situation de précarité;
 Mettre en oeuvre un programme d’éducation et de sensibilisation sur l’enjeu du gaspillage devant permettre la diffusion des informations importantes et des rappels dans les infolettres, conférence de presse, correspondances, etc.

Aucune de ces propositions ne sont supérieures par rapport à aux autres, et l’ordre dans lequel elles sont énumérées ne justifient pas non plus leur importance. Nous félicitons cette démarche, et espérons que la Commission soumettra le plus vite que possible son rapport de consultation à la Ville pour l’atteinte de cet objectif visant la réduction du gaspillage alimentaire à Montréal de 50% d’ici 2025. Nous remercions tous les organismes, travailleurs-euses et résidents-es qui nous ont envoyé leurs propositions, afin d’élaborer ce présent mémoire.

Mémoire de la TDS pour la réduction du gaspillage alimentaire à Montréal-Fév 21